pique-nique 2010 de l’AMAP des Cassagnous le 1er mai

lundi 3 mai 2010
popularité : 17%

Les Cassagnous comptent un noyau d’anciens qui se connaissent bien maintenant, mais le turn over et le fait que nous soyons près de 80 familles ne facilitent pas les choses pour ce qui est des liens...

Lors de l’AG d’octobre 2009, Pierre-Yves et Michèle ont proposé d’organiser chez eux un pique-nique ouvert à toute l’AMAP (tous groupes et leurs producteurs) autour d’une grillade d’agneau.

Le samedi 1er mai a été retenu. Le comité "Cass’croûte" a été créé pour la logistique et la coordination.
Ci après un témoignage de cette journée dont je remercie l’auteur.


1er mai à MONTOLIEU

Pourquoi j’aime cette AMAP des Cassagnous et pourquoi dimanche prochain je reprendrais le chemin de Montolieu pour une séance de tuteurage de tomates ?

Bien évidemment parce que comme vous, j’ai un instinct de survie assez développé pour comprendre que c’est en favorisant le maintien d’une agriculture de proximité et en encourageant son développement que l’on pourra assurer notre sécurité alimentaire et celle de nos enfants. Parce que je n’ai pas envie de soutenir des agro managers sponsorisés par Carrefour et Monsanto et que je préfère le mot solidarité à celui de rentabilité.

Mais aussi, et je serai tenté de dire surtout, parce qu’à ma connaissance c’est la seule organisation capable de réunir le 1er mai sous la pluie :
- Une travailleuse sociale spécialiste en logistique
- Des ornithologues capables d’organiser un barbecue pour une centaine de ventres affamés.
- Un éleveur de brebis titulaire du BAFA poursuivis par une meute de gamins délaissant PS3, DS et WII pour découvrir que le blaireau balaye devant sa porte alors que le sanglier noie ses tics dans une bauge.
- Une miss coquelicot
- Une météorologue capable d’animer un débat sur la philosophie amapienne.
- Une maraîchère incollable sur la musique traditionnelle celtique capable de réaliser une œuvre d’art consommable à base des fruits (et légumes) de son travail.
Tout en me permettant d’échanger à table avec des voisins sur des thèmes tels qu’un projet d’éco village, la rando en Pyrénées, la découverte des lacs d’altitude ou la CNT alors que mes collègues de travail n’ont à me proposer au quotidien que les lamentations sur le cours de l’action Natixis alors que depuis 6 mois un DVD sur l’économie solidaire est à leur disposition près de la machine à café, tentent de me persuader que la saison 5 de Dr House est beaucoup plus réussie que la 4 tout en ignorant le programme de l’Utopia que je mets à leur disposition chaque mois,qui pestent contre les bouchons sur la rocade et se moquent gentiment de ce gilet jaune fluo que je ne quitte qu’au bureau et qui ne connaissent de l’Ariège que le pas de la Case pour les fumeurs et le col des Marrous pour les amateurs de magret aux cèpes.

Bref cette association est indispensable à mon hygiène mentale.

Mais je m’égare et j’allais oublier l’essentiel, je suis chargé de rendre compte de l’Assemblée Générale de notre AMAP.
Et bien, par 34 voix pour et une abstention il a été décidé de ne pas renouveler notre adhésion au réseau des AMAPS de Midi Pyrénées. Les raisons de ce divorce étant clairement exposées dans le courrier qui nous avait été transmis et dont il nous a été fait lecture, je n’y reviendrai pas.
Il est à noter que nous n’avons pas eu besoin de recourir au tirage au sort pour dégager un consensus.
Les choses ont été un peu plus compliquées pour le second point à l’ordre du jour, à savoir l’attribution d’un nom de baptême aux différents sous groupes de l’AMAP.
L’age légal du droit de vote ayant été abaissé pour cette occasion afin de permettre à nos progénitures d’exercer leur esprit civique.

- En ce qui concerne la branche fromage c’est : La tome crochue qui a été retenue.
- Pour les fruits : Les fruits des fondus
- Pour les volailles : Les poules aillées
- Pour les légumes : Les racines CARRE pour saluer le travail de Michelle et Pierre Yves.

En prenant congés de nos hôtes, je décidai de faire un détour par le village de Montolieu .
En déambulant dans les rues de ce charmant village (et sur les pages de Wikipedia), j’ai découvert que les 780 Montolivaines et Montolivains dont Kevin Ayers ont à leur disposition une quinzaine de libraires, un centre d’art et de littérature, un conservatoire des métiers du livre et que l’auteur du « Parfum » compte au nombre des résidents secondaires de la commune.

Montolieu, terre de culture… sur le chemin du retour qu’empruntent nos paniers chaque mardi , je me suis demandé si le secret de la quiche au saumon et aux épinards de ma douce, ne résidait pas dans le mariage subtil entre la passion de Michelle et la magie de ce lieu ?

Promis, dès que je peux je vous mets des photos : revenez voir ...


Commentaires